La société POCLAIN et Nous…

Au début du XXème siècle, le petit village de Le Plessis-Belleville ne compte que 440 habitants dont la plupart travaillent dans les quatre fermes locales d’alors qui fournissent la seule activité possible dans le canton.

Monsieur Georges BATAILLE est agriculteur de son état et diplômé du titre d’Ingénieur Agronome.

Il a repris la ferme familiale située alors place de l’église ainsi que l’entreprise de labourage à vapeur de son père.

Pour assurer la maintenance des matériels de la ferme et de l’entreprise de labour, il crée, en association avec Monsieur Antoine LEGER, les « Ateliers Bataille & Léger » le 1er mai 1927.

Convaincu qu’il est possible d’améliorer la qualité de travail des ouvriers agricoles qui se cassent le dos en travaillant quasi exclusivement à la fourche pour charger et décharger betteraves, foins et autres produits, il imagine et met au point divers matériels agricoles qui feront la renommée de ses ateliers.

Au décès de Monsieur Antoine LEGER, en 1930, Georges BATAILLE cherche un nom pour la suite de son activité… Il trouve alors dans l’appellation « Poque à Lin » (désignant la mare voisine où on rouissait le lin avant de le travailler) ce nom qui identifiera à jamais son entreprise…

Les matériels évoluent mais le problème du chargement persiste et est difficile à résoudre de façon efficace.

A la sortie de la seconde guerre mondiale, utilisant des jeep et dodges militaires abandonnés par les troupes américaines, Georges BATAILLE et ses salariés vont adapter une « fourche Lambert », faite de barre de fer et de cables pour les opérations de chargement importantes.

C’est alors qu’au détour d’un article paru dans une revue technique et parlant de la force hydraulique, lui vient l’idée de remplacer les câbles de sa « fourche Lambert » par des « verins ».

Ainsi naît, en 1951, la TU, première pelle hydraulique au monde à laquelle il donnera le joli nom d’hydropelle…

Rapidement, son invention va faire le tour des fermes voisines et bien au-delà rendant le travail du sol moins harassant et plus rapide…

Au détour d’un salon agricole, un exemplaire de la machine sera vendu à un exploitant de carrière et Georges BATAILLE y verra là le signe d’une ouverture vers le monde des Travaux Publics.

Au fil des ans, les modèles se dessinent, se déclinent en TO, TM, TL TYA, TYB…

En 1959/1960, c’est l’invention du moteur POCLAIN à rotation totale et la sortie de la TY45 qui sera le modèle phare de la marque…

En 1970, la EC1000, plus grosse pelle hydraulique au monde, sort des ateliers du Plessis Belleville et vient concurrencer les pelles à câbles dans les mines ouvertes.

La société atteint le premier rang mondial dans la production de pelles hydrauliques !

Le petit village de Le Plessis-Belleville, qui atteint alors 1500 habitants, devient le centre du monde !

Puis les choses se gâtent et l’entreprise POCLAIN disparaît du monde des pelles hydrauliques en 1986. Seule l’activité hydraulique pure (moteurs, verins, etc…) continuera sous le nom de la marque et la direction des petits-fils du fondateur sur le site originel de Verberie.

De 1961, sortie de la TY45 (modèle phare de la marque) à 1986 (fin de l’activité sous les couleurs et le nom de POCLAIN), c’est toute une aventure industrielle et surtout humaine qui se déroulera sous nos yeux, à Le Plessis-Belleville puis sur d’autres sites de la région…

De 1961 à 1986, ce seront plusieurs milliers de salariés qui rejoindront ce petit village de Le Plessis-Belleville en doublant sa population journalière…

De 1961 à 1986, ce sont également des commerces, des boutiques, des services à la personne qui viendront s’installer dans ce village dont la population croîtra au rythme de l’évolution de l’entreprise…

Certes, POCLAIN a disparu du paysage de Le Plessis-Belleville mais les locaux des anciens ateliers et du siège social se dressent encore avenue Georges BATAILLE (autrefois avenue POCLAIN).

Nous ne devons pas ignorer d’où ce village tire sa force, son énergie, son attractivité, son histoire récente.

Voilà pourquoi, en 2011, a été créée la Fondation POCLAIN, fruit du partenariat entre la municipalité de Le Plessis-Belleville et l’association Génération Deux pour le devoir de mémoire.

Célébrer aujourd’hui l’anniversaire de la création de cette entreprise qui a donné du travail et fait vivre toute une région n’est donc que le juste retour sur cet investissement peu commun et une reconnaissance de tout ce qu’elle nous a apporté.

Célébrer aujourd’hui l’anniversaire de POCLAIN, c’est l’occasion de la faire connaître à nos nouveaux résidents et de la faire retrouver aux plus anciens.

La société POCLAIN et Nous… c’est bien plus qu’une simple histoire de travail et d’emploi.

Découvrez cette belle histoire de Poclain sur notre site Internet fondation-poclain.com et restez connectés sur les évènements via notre page Facebook Fondation Poclain.

Enrichissez votre connaissance de l’entreprise en vous procurant l’ouvrage « La Mémoire Vive » auprès de la Fondation Poclain où à l’Espace Culturel Leclerc…

Et si l’envie de nous rencontrer et de visiter nos locaux vous vient, adressez-nous un message à :

info@fondation-poclain.fr, nous serons ravis de vous accueillir.

Fondation Poclain.
14, rue du Vert-Buisson,
Le Plessis-Belleville – 60330.

Back to top